29 juin 2010

Esaïe 18 : Dieu parle de la RD Congo et de la nation congolaise. Commentez !!! Réfléchissez !!!

18.1
Terre, où retentit le cliquetis des armes, Au delà des fleuves de l'Éthiopie!
18.2
Toi qui envoies sur mer des messagers, Dans des navires de jonc voguant à la surface des eaux! Allez, messagers rapides, vers la nation forte et vigoureuse, Vers ce peuple redoutable depuis qu'il existe, Nation puissante et qui écrase tout, Et dont le pays est coupé par des fleuves.
18.3
Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne!
18.4
Car ainsi m'a parlé l'Éternel: Je regarde tranquillement de ma demeure, Par la chaleur brillante de la lumière, Et par la vapeur de la rosée, au temps de la chaude moisson.
18.5
Mais avant la moisson, quand la pousse est achevée, Quand la fleur devient un raisin qui mûrit, Il coupe les sarments avec des serpes, Il enlève, il tranche les ceps...
18.6
Ils seront tous abandonnés aux oiseaux de proie des montagnes Et aux bêtes de la terre; Les oiseaux de proie passeront l'été sur leurs cadavres, Et les bêtes de la terre y passeront l'hiver.
18.7
En ce temps-là, des offrandes seront apportées à l'Éternel des armées, Par le peuple fort et vigoureux, Par le peuple redoutable depuis qu'il existe, Nation puissante et qui écrase tout, Et dont le pays est coupé par des fleuves; Elles seront apportées là où réside le nom de l'Éternel des armées, Sur la montagne de Sion.

Un légat du Pape à la célébration du jubilé d’or d’indépendance de la RDC

Mgr Luigi Travaglino, nonce apostolique au service de la Secrétairerie d'Etat, est arrivé le mardi 22 juin à Kinshasa comme légat du Saint-Père aux festivités des cinquante ans d’indépendance de la République démocratique du Congo, le 30 juin. Il a été accueilli à l’aéroport par le nonce apostolique, Mgr Giovanni d’Aniello et par l’archevêque de Kinshasa, Mgr Laurent Monsengwo, qui représentait l’ensemble de l’épiscopat congolais. Le jeudi 24 juin, Mgr Travaglino est allé saluer l’ensemble des évêques réunis en Assemblée plénière de la Conférence épiscopale au Centre d’accueil Caritas-Congo à Kinshasa-Gombe. Le président de la Conférence épiscopale, Mgr Nicolas Djomo...
Kinshasa, 26/06/2010 (DIA/MCN)

Le Président Joseph Kabila inaugure le nouveau pavillon d’honneur de l’aéroport de N’Djli et la place du 30 juin ex-Place de la gare

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabila Kabange a procédé tour à tour dimanche,  à l’inauguration du nouveau pavillon d’honneur de l’aéroport international de N’Djili et de la place du 30 juin, ex- Place de la Gare, dans la commune de la Gombe,  au cours de brèves cérémonies organisées à cette occasion.
Plusieurs personnalités ont pris part à ces cérémonie dont les membres du bureau du Sénat et de l’Assemblée nationale, les membres du Gouvernement, les officiers supérieurs des FARDC et de la Police nationale ainsi que des ambassadeurs et des représentants des organismes internationaux accrédités en RDC. Dans son discours de circonstance, l’ADG de la RVA, Jean Acisse, a indiqué que cet édifice élégant symbolise, à lui seul l’esprit de la réforme des entreprises et des cinq chantiers.
Il a ajouté qu’il a été réalisé en très grande partie par des travailleurs congolais, payés entièrement sur   l’IDEF à travers un prêt relais d’une banque congolaise  parmi d’autres projets et études également sur  l’EDF. Il s’agit de la piste de Moanda entièrement rénovée, du projet  de renouvellement de la nouvelle tour de contrôle de Kinshasa, de la Luano, de Kisangani et la sécurisation de l’espace aérien de la RDC.  Pour sa part, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango a déclaré que l’inauguration du nouveau pavillon d’honneur de l’aéroport de N’Djili a une signification majeure, car, dit il, « après plusieurs travaux initiés par le Chef de l’Etat, nous passons à présent à la phase de cérémonies d’inauguration des ouvrages réalisés.
Ce qui prouve que les cinq chantiers ne sont pas une chimère, mais plutôt une réalité vivante, la résultante d’une action bien planifiée avec une vision précise ». L’aéroport de N’Djili, a poursuivi le gouverneur de la ville, est en même temps la porte d’entrée et de sortie de la RDC, qui donne la première impression du pays en entrant et la dernière image du pays en sortant, une image du Congo dont le Chef de l’Etat rêve et pour laquelle il veut mobiliser tout le peuple congolais. S’agissant de la Place du 30 juin ex-Place de la Gare , il a indiqué que sur cet espace de 13 000 mètres carrés, il y est érigé des fontaines d’eau et des jets d’eau synchronisés, de même qu’il y sera érigé un monument dit de la renaissance.
Réouverture du jardin botanique de Kinshasa

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a procédé dimanche, à Kinshasa, à la réouverture du jardin botanique de Kinshasa dans le cadre des actions réalisées par le Commissariat général du cinquantenaire (CGC) et le ministère de l’Environnement, conservation de la nature et tourisme pour commémorer les 50 ans de l’indépendance de la RDC.  La cérémonie a consisté essentiellement au dévoilement de la plaque du jardin, à la visite de celui-ci, à la plantation du gerbe de baobab avant de culminer sur les expositions.
Prenant la parole pour la circonstance, le ministre de l’Environnement, José Endundo Bononge a circonscrit la manifestation dans le contexte de la paix, de la réconciliation et de la recherche scientifique.  L’année 2010, a-t-il souligné, est pour la RDC une année de la biodiversité et de la forêt congolaise. Cette entreprise, a-t-il fait avoir, est l’œuvre des amis de la nature et de sa conservation avant d’être appuyé par la France, partenaire privilégié de la RDC.
 Le commissaire général du cinquantenaire, Denis Kalume Numbi a, pour sa part, mis l’accent sur l’organisation du pays dans le cadre du cinquantenaire avant d’exhorter les Congolais à cultiver les valeurs positives pour le développement national. Les travaux, financés par le gouvernement français, ont consisté en la réfection de la clôture, au réaménagement du parc et en la plantation de nouvelles espèces de plantes. Créé en 1933, le jardin botanique de Kinshasa est situé en plein centre-ville. Il reste le seul poumon vert public de la capitale avec le jardin zoologique au cœur de la métropole. Sa superficie est de 7 hectares et il compte aujourd’hui 100 espèces différentes d’arbres. La RDC héberge trois jardins botaniques, à Kinshasa, à Eyala, à Mbandaka, à l’Equateur et à Kisantu, au Bas-Congo.

Kinshasa, 28/06/2010 (ACP/MCN, via mediacongo.net)

Le vent du Jubilé d'or commence : les descendants de Simon Kimbangu veulent la révision de son procès à Bruxelles.

Des descendants de Simon Kimbangu, condamné pour sédition à la prison à perpétuité au Congo en 1921 et mort en prison en 1951, vont introduire avant fin juin une demande de révision de son procès auprès de la Cour de Cassation de Bruxelles, rapportent les journaux belges Le Soir et De Standaard vendredi. Simon Kimbangu, né en 1889, avait fondé une nouvelle Eglise au Congo belge après avoir eu une vision. Il revendiquait notamment l’égalité entre Noirs et Blancs face à Dieu et sa popularité irritait les responsables belges de la colonie, indique le quotidien Le Soir. Il a été considéré comme un “danger pour la stabilité de la colonie”, explique l’avocat Pierre Chomé, en charge du dossier, et condamné pour sédition en 1921. “Son procès a été expéditif : le Conseil de guerre était présidé par le commandant de Rossi, qui était le seul juge de ce tribunal d’exception. Simon Kimbangu n’a pas été assisté par un avocat, il a dû se défendre tout seul, alors qu’il était enchaîné, notamment au niveau du cou”, explique-t-il. Il est mort en prison en 1951.
 
Bruxelles, 29/06/2010 (Belga/MCN, via mediacongo.net)

28 juin 2010

Arrivée des souverains belges à Kinshasa pour une visite historique en RDC

Les souverains belges, accompagnés du Premier ministre Yves Leterme, sont arrivés lundi après-midi à Kinshasa, pour assister aux célébrations du 50e anniversaire de l'ex-Congo belge, une visite considérée comme "historique" en République démocratique du Congo (RDC).
Le souverain belge, costume bleu sombre, décontracté et affichant un sourire aux côtés de son épouse, la reine Paola, en tailleur bleu-ciel, a été accueilli par le premier ministre congolais Adolphe Muzito, à sa descente de l'airbus A330 de Belgian Air Force qui s'est posé vers 16h40 locales sur l'aéroport international de Kinshasa-N'Djili.
Lle couple royal et M. Leterme ont été accueillis par le Premier ministre congolais Adolphe Muzito. Le roi Albert et la reine Paola doivent séjourner jusque jeudi midi à Kinshasa, pour la première visite d'un chef de l'Etat belge en RDC depuis 25 ans. Le souverain belge doit notamment s'entretenir dès lundi soir avec le président Joseph Kabila, rencontrer mercredi après-midi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et assister dans la matinée du 30 juin au défilé marquant le cinquantenaire de l'indépendance de l'ex-Congo belge. Il ne fera "aucune déclaration publique" durant ces quatre jours en RDC mais visitera, tout comme la reine, différents sites ayant un lien avec la Belgique: les écoles belges de Kinshasa - le lycée prince de Liège et la Prins van Luikschool -, le chantier naval de l'entreprise belge Chanic, l'Institut national de préparation professionnelle (INPP), le projet "Music Fund" à l'Institut national des Arts et le centre hospitalier Roi Baudouin 1er (CHRB) à Masina, dans la banlieue de la capitale, où ils inaugureront un buste du défunt souverain. M. Leterme doit pour sa part s'entretenir mardi matin avec M. Muzito. (LEE)

Kinshasa, 28/06/2010 (Belag/AFP/MCN, via mediacongo.net)

24 juin 2010

En marge du Cinquantenaire de la RDC : télécharger la constitution de la RDC (en français et dans toutes les 4 langues nationales).

Par ses recherches sur le net et dans le souci d'informer la jeunesse de la RDC en particulier et du monde en général, le blog Equipe Elenge Telema vous présente un lien de téléchargement de la Constitution de la RDC en français et dans toutes les 4 langues nationales : http://www.congoplanete.com/telecharger.jsp

Freddy Kabey.

Lancement à l’Université de Kinshasa d’un site Web intitulé « Ebale » destiné à interconnecter les universités congolaises

M. Simon BulupyLe vice-Premier ministre en charge des Postes, Téléphones et Télécommunications (PTT), M. Simon Bulupy a lancé mardi, dans la Salle de promotion Mgr Gillon à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), le portail « Ebale » destiné à l’interconnexion des universités congolaises, en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), le Prof. Léonard Mashako Mamba.

Le réseau national de télécommunications pour la recherche, l’enseignement et l’innovation en République Démocratique du Congo (RDC) « Ebale » où dix universités congolaises sont d’abord entrain d’être connectées, vise le désenclavement numérique de tous les établissements de l’ESU et les centres de recherche du pays, a indiqué M. Bulupy.

Le vice-Premier ministre a rappelé l’importance de ce réseau national, régional et international pour la RDC qui devra en profiter pour l’enseignement à distance, l’organisation de la vidéo­ conférence, la visibilité des universités, les recherches approfondies, la mobilité des professeurs et des étudiants et autres. Il a souligné que la fibre optique en construction sur la ligne Kinshasa et Muanda devra renforcer le désenclavement numérique en RDC dans tous les domaines.

Le ministre de l’ESU a salué, pour sa part, l’implication du gouvernement et des partenaires à continuer cette lourde mission d’interconnexion des universités congolaises. Il a rappelé que toutes les institutions de l’ESU de la RDC doivent reprendre au jour le jour cette marche de l’excellence, l’assurance-qualité et l’intégration au système éducatif de Bologne « Licence Maîtrise Doctorat » (LMD) dont les NTIC vont aider à travers l’interconnexion nationale, régionale et internationale.

Il a aussi appelé les partenaires à ce portail « Ebale » à élargir le cercle, à présenter au gouvernement les projets bancables en vue de promouvoir les recherches en RDC. Le portail « Ebale », a-t-il dit, est un instrument qui donne l’occasion aux chercheurs et aux étudiants d’être dans le réseau du monde et le campus numérique.

Par ailleurs, le recteur de l’UNIKIN, le Pr. Labana, a déclaré que ce projet permettra de relever les défis en évoluant en réseau, comme d’autres universités du monde, pour devenir plus compétitives, avant de saluer tous les partenaires, notamment CEDESURK, ZAIN, Universitic, Agence universitaire francophone.

Le Pr. Pascal Kalenga, qui a présenté ce portail « Ebale », a donné les noms de 9 universités qui sont d’abord impliquées en RDC, à savoir : l’UNIKIN, l’UNILU, l’UPN, l’Université catholique du Congo (UCC), l’Université protestante du Congo (UPC), l’Université de Bukavu, l’Université Kongo et l’Institut supérieur  des techniques appliquées  (ISTA). D’autres aspects techniques du portail « Ebale » ont été relevés par les entrepreneurs du projet.

ACP/http://www.digitalcongo.net/article/67964

Le Vice-premier ministre Simon Bulupy a procédé mardi au lancement à partir de l’Université de Kinshasa, d’un site Web intitulé « Ebale » qui va désormais assurer l’interconnexion internet des établissements supérieurs et universitaires de la RDC.

Roi Albert II: Arrivée ce lundi 28. Elenge Telema vous présent le programme chronométré des cérémonies.

Le Premier ministre belge Yves Leterme accompagnera à Kinshasa le Roi Albert II de Belgique et représentera l’ensemble du gouvernement belge, quelle que soit l’appartenance communautaire flamande ou française (encore en conflit de pouvoirs dans leur royaume). Les militaires belges y seront absents. Le Roi Albert II foulera le sol par avion et par bateau comme prévu.
 
L’Ambassadeur de Belgique à Kinshasa, M. Dominique Struye de Swielande, a tenu mercredi une conférence de presse dont le principal thème a tourné autour de la visite en RDC de leurs Majestés le Roi Albert II et la Reine Paola, à l’occasion des festivités du 50ème anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo, le 30 juin 2010.

D’entrée de jeu, le diplomate belge a tenu à éclairer la lanterne de l’opinion sur cette visite en confirmant encore une fois que celle-ci aura bel et bien lieu, n’en déplaise à toutes les mauvaises langues.

Pour le diplomate belge, le Roi Albert II vient répondre volontiers à l’invitation lui adressée par le président Joseph Kabila, dans le cadre des festivités marquant le Cinquantenaire de l’indépendance de la RDC.

A l’en croire, c’est lundi prochain 28 juin 2010 à 16 heures 30 minutes que le couple royal belge foulera le sol congolais. Contrairement aux folles rumeurs ayant fait état de la venue au Congo par bateau du Roi des Belges, M. Struye a laissé entendre que c’est plutôt par un avion militaire belge qu’il viendra et repartira le jeudi 1er juillet 2010.

S’agissant de la signification de l’évènement, l’Ambassadeur l’attribue avant tout aux Congolais. Selon lui, ce sont ces Congolais qui fêtent les cinquante ans de leur accession à la souveraineté internationale et à l’indépendance.

Voici alors le programme chronométré :

PROGRAMME DE LA VISITE DE LL. MM. LE ROI ALBERT II ET LA REINE PAOLA EN COMMEMORATION DU 50EME ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Pour des raisons de sécurité l’accès de la presse accréditée par la Commission Générale du Cinquantenaire sera possible jusqu’une heure avant le début de chaque visite. Après l’heure indiquée, plus personne ne pourra accéder au site.

LUNDI 28 JUIN
16h30 : Arrivée de LL.MM. le Roi Albert II et la Reine Paola à N’Djili (par avion)

MARDI 29 JUIN
Visite des écoles belges « Lycée Prince de Liège » et Prins van Luikschool »
  • 08h00 : Accueil presse aux écoles belges
  • 09h00 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 10h00 : Début de la visite (45’) : Couverture restreinte par 2 équipes de télévision
Le Roi visite le chantier naval de l’entreprise Chanic
  • 09h00 : Accueil presse au chantier naval Chanic
  • 10h00 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 11h00 : Début de la visite (60’)
La Reine visite l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP)
  • 09h00 : Accueil presse à l’INPP
  • 10h00 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 10h00 : Début de la visite (60’)
Réception pour la communauté belge à la résidence de l’Ambassadeur de Belgique
  • 11h00 : Accueil presse
  • 11h45 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 12h45 : Début de la réception : Couverture restreinte par 2 équipes de télévision
MERCREDI 30 JUIN
La Reine visite le projet Music Fund à l’Institut National des Arts :
  • 16h00 : Ouverture accès presse à l’INA
  • 17h00 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 18h00 : Début de la visite (45’)
JEUDI 1er JUILLET
Les Souverains visitent l’Hôpital Roi Baudouin
  • 08h00 : Ouverture accès presse à l’Hôpital Roi Baudouin
  • 09h00 : Fermeture des portes : fin accès presse au site
  • 10h00 : Début de la visite (45’)
  • 11h30 : Départ des Souverains pour Bruxelles
Célestin Lutete/MMC/http://www.digitalcongo.net/article/67990

La République Démocratique du Congo célébrera le 30 juin 2010 le cinquantenaire de son indépendance. La célébration de ce cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale constitue pour le peuple congolais une période de mémoire digne d’être marquée de manière spéciale.

Le Président de la République Joseph Kabila ne perd pas de temps. Déjà, pour éviter les improvisations, le Chef de l’Etat qui tient à la réussite, à tout point de vue, de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale a donné le coup d’envoi des préparatifs de ce jubilé d’or. 


Le Roi Albert II et sa suite vont arriver en Rdc dans quelques jours, par le port de Matadi, où, selon des sources diplomatiques, son luxueux bateau devra accoster.
 
Dans moins de 10 jours, la République démocra­tique du Congo va accueillir une personna­lité de marque en la personne du Roi Albert II de Belgique. Le Souve­rain belge et son épouse vont assister aux festivi­tés du 50ème anniver­saire de l’indépendance de la République démo­cratique du Congo, à l’invitation des autorités congolaises. Le Roi Albert II et sa suite vont arriver en RDC dans quelques jours, par le port maritime de Ma­tadi, où, selon des sources diplomatiques, son luxueux bateau devra accoster.

A quelques jours de la visite historique du Roi Al­bert II de Belgique en République démocratique du Congo, beaucoup d’observa­teurs s’interrogent sur le lieu de résidence du Roi des bel­ges durant son séjour dans notre pays. En effet, depuis une dizaine d’années, la Ré­publique démocratique du Congo ne dispose plus de Palais ou de résidence d’ac­cueil digne d’accueillir des hô­tes de marque de la Républi­que tels que le Roi, les chefs d’Etat et d’autres personnali­tés.

Le Palais de marbre qui servait jadis de résidence offi­cielle des hôtes de marque de la République est aujourd’hui en voie de réhabilitation. Il en est de même du domaine pré­sidentiel de la N’sele. A l’épo­que, N’sele était mondiale­ment connue comme cadre de villégiature notamment de­puis le combat du siècle entre les boxeurs américains Mohamad Au et George Foreman, en octobre 1974. Mais aujourd’hui dans un état de délabrement très avancé. Conséquence directe des pillages de triste mémoire

Un cadre prestigieux

A quelques jours de l’arrivée de la délégation royale belge en RDC, la question que bon nombre d’observateurs se po­sent aujourd’hui est celle de savoir où dormira le Roi Albert II durant son séjour à Kins­hasa ?

Pour d’aucuns, la famille royale belge pourra être logée à la résidence officielle de l’am­bassadeur de Belgique à Kins­hasa. Il s’agit d’une somp­tueuse villa avec pergola et terrasse garnie de fleurs roses et nénuphars et un jardin avec une superbe vue sur le majestueux fleuve Congo.

D’autres estiment que le Roi des belges et son épouse pourraient être logés dans une suite présidentielle au Grand Hôtel Kinshasa, comme ce fut le cas avec le Roi Mohammed VI du Maroc lors de sa visite à Kinshasa en mars 2006.

Mais, il faut rappeler qu’avant l’arrivée du Souverain chérifien à Kinshasa, le Grand Hôtel Kinshasa a dû revêtir sa plus belle robe et connaître de profonds entretiens pour ren­dre le séjour du Roi du Maroc et sa suite agréable : change­ment des meubles et chaises, de moquettes, réparation des ascenseurs et climatiseurs, aménagement du parking, nouvelles décorations..:

Or, force est de constater qu’à l’heure actuelle, aucun signe ne montre que le Grand Hôtel Kinshasa se prépare à accueillir une personnalité de marque. « Malgré son confort et son service, le Grand Hôtel Kinshasa ne présente vrai­ment pas un cadre de repos, de quiétude idéal pour le Sou­verain Belge. », a estimé un opérateur économique congo­lais du secteur de l’hôtellerie.

Même si pour des raisons de sécurité le lieu où sont héber­gés les personnalités de mar­que reste toujours de la discré­tion du protocole d’Etat, il n’est donc pas exclu que durant son séjour le Roi Albert passe la nuit à bord de son bateau ac­costé au port de Matadi.

Tan­dis que l’ensemble de la délé­gation qui l’accompagne soit logé à Kinshasa. Le Roi pour­rait ainsi relier Matadi à Kinshasa par avion, soit environ 45 minutes de vol.

Tout compte fait l’arrivée du roi Albert il relance à nouveau l’éternel problème d’absence de résidences officielles des hôtes de marque de la Répu­blique. La république démocratique du Congo ne dispose plus de cadre moderne et prestigieux à même d’accueillir des invités prestigieux. Cela doit interpeller les dirigeants congolais et remettre en sel­lette le projet de construction d’une résidence d’accueil of­ficiel des personnalités de marque qui viennent en visite en RDC.

Luc-Roger Mbala Bemba/L’Observateur



Examen d’Etat 2009 : 414.132 candidats ont présenté l’épreuve le lundi 22 juin

La session ordinaire de l’Examen d’Etat édition 2009, a débuté le lundi 22 juin sur toute l’étendue du territoire national et en territoires hors frontières précisément à Kampala, Kigali, Bujumbura, Kigoma, Dar Es-Salaam et Mporokoso ainsi qu’à Cabinda et Luanda. Au total, 414.132 candidats présentent l’épreuve dont la clôture est prévue le jeudi 25 juin. Ils sont répartis dans 1.215 centres dont 196 à Kinshasa pour un effectif de 93.613 candidats.
Pour se rendre compte de l’effectivité de la passation de l’épreuve, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Maker Mwangu Famba, a visité le Centre Gombe 3 situé au collège Boboto dans la commune de Gombe. Ce Centre accueille 450 candidats dont 94 filles soit 20,8% et 356 garçons soit 79%. Ces candidats proviennent des écoles ci-après : collège Boboto, collège St Joseph (Elikya) collège John Mabuidi, CS Bienheureuse Anuarite, collège Notre-Dame du Congo, collège Bosembo et Institut national des aveugles, représenté par une candidate non voyante.
Dans le deux salles de classe où il est entré, Maker Mwangu a invité les élèves à la sérénité après les avoir encouragés. Il leur a rappelé que l’acte qu’ils posent n’est pas un acte isolé mais un acte de portée nationale car, a-t-il déclaré, parmi vous sortiront les dirigeants congolais de demain.
A l’issue de sa visite, il s’est déclaré satisfait de la bonne organisation de l’épreuve. Il a affirmé que partout les choses se passent bien, excepté le cas de Dungu et Aru en Ituri où l’examen se déroulera du 12 au 15 août prochain pour cause d’insécurité due à la présence des éléments de la LRA.
Comparativement à la session ordinaire de 2008, qui avait un effectif de 386.301 candidats, l’on a enregistré en 2009 une augmentation des effectifs de l’ordre de 27.831 candidats soit 7,2 %. Dans la même perspective, le nombre de centres est passé de 1073 à 1 215 avec un accroissement de 142 centres soit 13,2 %.
Parmi ces centres, 9 sont organisés en territoires hors-frontières dont sept dépendent directement des provinces inspectorales en RDC. Il s’agit des centres ci-après : Mporokoso en Zambie, Dar-Es-Salaam en Tanzanie (dépendant de Katanga 3), Bujumbura au Burundi, Kigoma 1 et Kigoma 2 en Tanzanie (dépendant du Sud-Kivu), Kampala en Ouganda (dépendant de la province Orientale 2, Kigali au Rwanda (dépendant du Nord-Kivu 1).
Quant aux centres de Cabinda et Luanda, ils dépendent directement de l’administration centrale de l’Inspection générale avec un effectif de 158 candidats.
Le ministre Maker a promis que la publication des résultats interviendra avant la rentrée scolaire 2009-2010 prévue pour le lundi 7 septembre.

Trois Etats membres de la SADC ratifient le protocole sur le Genre.

Trois Etats seulement sur une dizaine que compte la Communauté économique des Etats de l’Afrique australe (SADC) ont ratifié le protocole sur le genre et le développement, indique un document reçu mardi à l’ACP. Toutefois, ajoute la source, la majorité des Etats membres ont atteint un stade avancé dans le processus de ratification de ce protocole. Dans ce cadre, la ministre du Genre, de la famille et de l’enfant, Marie-Ange Lukiana, qui a présidé samedi dernier à Kinshasa une réunion des ministres de la SADC en charge du Genre, a souligné l’urgence pour tous les Etats de ratifier ce protocole pour le rendre effectif. Elle a appelé ses homologues à s’accorder sur une feuille de route pour accélérer la signature et la ratification de ce protocole qui va permettre aux pays membres de la SADC d’avancer ensemble, de réaliser des progrès et d’atteindre les objectifs fixés. « Nous ne tiendrons nos promesses en faveur de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes que par la pleine mise en œuvre de cet instrument », a dit la ministre du Genre. Elle a sollicité l’appui des partenaires au développement, des organisations de la société civile et de leurs gouvernements respectifs pour la réalisation de leur programme d’égalité des sexes. Mme Lukiana a émis le vœu de voir les travaux de Kinshasa traduire la détermination des femmes de la région de la SADC d’imprimer des avancées en faveur des droits, de l’égalité et des conditions des femmes, prémices incontournables pour des progrès durables en faveur des pays de la SADC. Les ministres et représentants de l’Afrique du Sud, de l’Angola, du Lesotho, du Mozambique, de la Namibie, de la Tanzanie, de la Zambie, du Zimbabwe et de la RDC ont pris part à cette réunion.

Kinshasa, 23/06/2010 (ACP/MCN, via mediacongo.net)

Une seule locomotive opérationnelle à l’ONATRA

L’Office national des transports (ONATRA) n’opère à ce jour qu’avec une seule locomotive de transport urbain desservant la ligne Kinshasa-Kasangulu (province du Bas-Congo), a-t-on appris mardi de la délégation syndicale de cette entreprise. Bien qu’opérationnelle, cette locomotive qui atteint difficilement Kasangulu, se limitant au niveau de la gare de Riflar suite à son état de vétuste très avancé. La population de Kasangulu qui empruntait souvent cette ligne pour rejoindre le centre ville de Kinshasa ne sait plus à quel saint se vouer. Cette situation, a ajouté la source, s’est aggravée à la suite de la décision du comité de gestion d’immobiliser son train voyageur « Express » des suites du manque à gagner constaté par les autorités de l’Office. Selon cette autorité, ce train ne rapporte rien à l’office à cause du nombre excessif des ayants droits autorisés par le gouvernement à voyager sans contre partie, encore moins sans une subvention de l’Etat pour alléger la charge d’exploitation. L’ONATRA, a expliqué la source, est une entreprise dont la charge d’exploitation est considérable. Pour relever les défis à savoir offrir à la population congolaise des moyens de transport plus sûr, l’office, a ajouté la source, est obligé de contracter des nouvelles lignes de crédits auprès des banques, pour financer ses projets de réhabilitation de ses unités de production, mais, les dettes béantes contractées par les responsables de l’entreprise pendant la période du contrat ONATRA-Progosa. L’ONATRA, a rappelé la source, avait signé avec la CTB (Coopération technique belge), un contrat de partenariat pour l’acquisition de nouvelles locomotives. La délégation syndicale sollicite l’implication du gouvernement pour l’acheminement rapide de ses unités de production en vue de permettre à l’entreprise d’atténuer les difficultés de transport des habitants de l’Est de la capitale.

Kinshasa, 23/06/2010 (ACP/MCN, via mediacongo.net)

Libération des prisonniers politiques, Lambert Mende répond à vital Kamerhe

Tout en lui reconnaissant le droit d’apprécier la situation du pays, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, refuse à Vital Kamerhe, ancien président de l’Assemblée nationale, le droit de donner des injonctions au chef de l’état.

Dans une déclaration faite mercredi 23 juin à la radio onusienne Okapi, Lambert Mende a réagi aux propos de Vital Kamerhe demandant au chef de l’Etat de gracier les prisonniers politiques et d’opinion à l’occasion des festivités du cinquantenaire de l’indépendance de la RDC.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré: «Il [Kamerhe] demande au président d’ordonner à la justice de prendre une sentence de relaxe. Donc il voudrait inciter le président de la République à violer la constitution en donnant des injonctions à des juges alors que le président ne dispose constitutionnellement que du droit de grâce»

C’est le dimanche 20 juin sur les antennes de Radio Okapi que Vital Kamerhe a lancé son appel au président Kabila.

Pour justifier son appel, il a déclaré que le 30 juin est un jour où les Congolais se réconcilient et passent en revue les cinquante ans d’indépendance pour prendre un nouvel élan.

Kinshasa, 24/06/2010 (Okapi/MCN, via mediacongo.net)

23 juin 2010

La RD Congo en a assez de l'agitation belge autour des fêtes de l'indépendance


"Nous sommes vraiment surpris par toute cette discussion publique", indique le ministre congolais de la Communication et des Médias Lambert Mende lundi dans les journaux flamands Het Nieuwsblad et De Standaard. Les autorités congolaises en ont assez de tous ces remous en Belgique autour de la célébration des cinquante ans de l'indépendance du Congo.
"C'est injuste! Totalement déplacé", réagit Lambert Mende, une semaine avant que le roi Albert, la reine Paola et le premier ministre démissionnaire Yves Leterme aillent assister aux festivités au Congo. Dimanche, il était apparu que les militaires belges ne prendraient pas part non plus au défilé militaire. "C'est ridicule! Nous n'avons même jamais invité les militaires belges à venir défiler chez nous", précise-t-il. "Et en ce qui concerne les discussions sur la venue du roi Albert: pourquoi faut-il pour chaque invitation jouer une telle partie de ping-pong?", se demande le ministre congolais. Le Congo a, selon lui, invité une trentaine de chefs d'Etat. "La plupart d'entre eux viennent. Et ceux qui ne viennent pas nous l'ont fait savoir sereinement. Il n'y a jamais eu de discussion à ce sujet. Il n'y a que chez vous qu'on dramatise, c'est dommage. Il existe en Belgique une vraie 'dévaluation' à propos du Congo", estime Lambert Mende.

Kinshasa, 21/06/2010 (RTL/MCN, via mediacongo.net)

Assassinat de Lumumba : une action en justice va être introduite à Bruxelles


Un groupe de défenseurs des droits de l’Homme va introduire une action en justice pour que « toute la lumière soit faite » sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Une dizaine d’individus seront cités dans la plainte.

Plusieurs avocats belges ont demandé à la justice d’engager des poursuites pour crimes de guerre contre des responsables belges, soupçonnés d’implication dans l’assassinat de Patrice Lumumba, premier chef du gouvernement du Congo indépendant. Cette demande a été rendue publique lundi quelques jours avant la célébration, le 30 juin, des 50 ans de l’indépendance de la République démocratique du Congo. L’événement doit se dérouler à Kinshasa, la capitale, en présence d’une délégation belge dirigée par le roi Albert II.

La requête émane d’un groupe composé d’éminents avocats, du doyen de l’école de droit de l’Université de Bruxelles, et de l’historien Luddo de Witte, dont les travaux sont à l’origine d’une enquête parlementaire sur l’assassinat de Lumumba.

Christophe Marchand, qui dirige l’équipe juridique, a précisé qu’une dizaine d’individus seraient cités dans la plainte. Aux termes de la législation belge, le ministère public est contraint selon lui de lancer une enquête, dans la mesure où toutes les personnes visées sont belges.

Les faits « ont été établis et ils font apparaître clairement que leurs actes tombent sous la définition de crimes de guerre », a-t-il déclaré, estimant que cela permettait ainsi de porter plainte contre « ces Belges encore en vie, qui étaient actifs au Congo à l’époque ».

Christophe Marchand a exprimé l’espoir qu’un juge d’instruction entame une enquête d’ici au mois d’octobre. « Maintenant, il est temps que la justice » soit rendue, a-t-il dit.

En 2002, une enquête parlementaire avait conclu que le gouvernement était « moralement responsable » de la mort de Patrice Lumumba, assassiné quelques mois après avoir été porté au pouvoir par un scrutin en 1960. La Belgique avait un peu plus tard officiellement présenté ses excuses pour son rôle dans la disparition du dirigeant indépendantiste.

Lumumba, qui fut le premier Premier ministre de la jeune République du Congo lors de son indépendance, le 30 juin 1960, avait été démis de ses fonctions le 5 août suivant par le président congolais Joseph Kasa-Vubu. Le 17 janvier 1961, des responsables belges ont fait disparaître Lumumba et deux de ses ministres, envoyés par avion vers la région du Katanga, où des officiers belges participaient à la formation des troupes sécessionnistes, a révélé l’enquête.

Dans ses écrits, Luddo de Witte les a jugés « responsables » d’actes de torture contre le Premier ministre et de la mort de ce dernier. D’après lui, le capitaine belge qui commandait l’escadron de tir s’est vu attribuer par l’armée une nouvelle identité et a été transféré dans une brigade belge dans l’ex-RFA, afin d’être protégé de toute poursuite.

« Le fait historique établi est qu’il y avait un lien direct entre (les ministres du gouvernement belge) et les officiers belges servant dans la région séparatiste du Katanga au Congo », a souligné Luddo de Witte.

Des historiens ont établi que les Belges n’étaient pas les seuls à vouloir éliminer Patrice Lumumba.

Une commission du Sénat américain a révélé dans les années 1970 que la CIA avait estimé que le dirigeant congolais avait le potentiel de devenir un Fidel Castro africain et avait envisagé de le supprimer, notamment avec du dentifrice empoisonné.

Bruxelles, 22/06/2010 (AFP/Belga/MCN, via mediacongo.net)

08 juin 2010

Assassinat de Floribert Chebeya: une dizaine de policiers arrts

Une dizaine de policiers, en majorité des officiers, ont été arrêtés depuis le début de l'enquête sur le meurtre à Kinshasa du militant congolais des droits de l'Homme Floribert Chebeya, a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Intérieur de la RD Congo.

"Il y a une dizaine (de personnes arrêtées), dans la police, pour la plupart des officiers", a indiqué à l'AFP une source au ministère de l'Intérieur, sous couvert d'anonymat.

Parmi ces officiers figure le colonel Daniel Mukalay, chef des services spéciaux de la police, qui aurait "avoué" avoir participé, comme "exécutant", au meurtre du président de l'ONG la Voix des sans-voix (VSV), avait indiqué dimanche à l'AFP une source proche de la présidence.

Floribert Chebeya, 47 ans, a été retrouvé mort le 2 juin à l'arrière de sa voiture, les mains liées dans le dos, sur une route de la capitale.
Daniel Mukalay aurait également "mis en cause" le patron de la police, le général John Numbi, qui a été suspendu de ses fonctions samedi par le président Joseph Kabila, et placé en résidence surveillée.

M. Chebeya avait disparu le 1er juin au soir, avec son chauffeur qui n'a toujours pas été retrouvé, après avoir été à l'inspection générale de la police, où il devait avoir un rendez-vous, qui n'a pas eu lieu, avec le général Numbi, selon la VSV.
Dans un rapport publié en 2008, l'ONG Human Rights Watch (HRW) avait accusé le colonel Mukalay d'avoir ordonné et commis lui-même des actes de torture sur des opposants au président Kabila, entre septembre 2006 et mai 2007.
Kinshasa, 7/06/2010 (AFP/MCN, via mediacongo.net)

SIGNES DE LA FIN : A Lubumbashi, un homme de 40 ans engrosse sa fille de 15 ans



Depuis la mort de son épouse en 2006, M. Fidèle Kankonde, résident au quartier Kisanga dans la commune de Katuba à Lubumbashi, a pris la partie d’entretenir des relations coupables avec ses deux filles. Il vient ainsi de rendre grosse l’une d’elles.
Un homme de 40 ans répondant au nom de Fidèle Kankonde, résidant au quartier Kisanga dans la commune de Katuba, a rendu grosse sa propre fille biologique de 15 ans, prénommée Clarisse. Après le décès de son épouse en 2006, cet homme a pris l’habitude d’entretenir des rapports sexuels avec ses deux filles jusqu’à rendre grosse l’une d’elles.
Grâce à la vigilance des voisins, cette situation a été dénoncée auprès des autorités du quartier et cet homme a été appréhendé par l’unité de police pour la protection de la femme et de l’enfant dans une tentative de fuite à 15 km de Lubumbashi sur la route de Kasumbalesa. Ces deux autres filles ont été assignées en garde à la commune afin qu’elles puissent se décontenir des monstruosités de leur père.
Interrogé à visage voilé par la presse audiovisuelle locale, le père incestueux a plaidé coupable et a demandé pardon à Dieu, à ses filles et à tous les parents dont les consciences sont choquées par cet acte ignoble. Il a toutefois attribué ce comportement à l’ivrognerie à laquelle il se livrait pour, dit-il, noyer ses soucis après le décès de son épouse et la déception de la part de celle qu’il a épousée en secondes noces. Celle-ci aurait fui le toit conjugal en emportant tous les biens pour une destination inconnue, a-t-il soutenu.
Cet incivique a été transféré au parquet de grande instance de Lubumbashi pour instruction de son dossier judiciaire.

Uhuru

07 juin 2010

Moïse Katumbi Chapwe s’insurge contre toute velléité sécessionniste au Katanga


M. Moïse Katumbu Chapwe, gouverneur du Katanga, s’est insurgé contre toute velléité sécessionniste dans le chef de certains fils égarés du pays, qui veulent détourner l’attention de la population congolaise de sa participation à la réalisation des cinq chantiers de la République. Il s’est exprimé ainsi dimanche à l’aéroport de Lubumbashi à son retour d’un voyage à l’étranger. A ce sujet, il a indiqué qu’il n y aura plus de sécession au Katanga avant de souligner que cette province sera toujours derrière le Chef de l’Etat et restera à jamais une partie de la République Démocratique du Congo. Il a qualifié ce qui s’est passé au Katanga dernièrement de la pure et simple distraction. Le gouverneur du Katanga a invité tous les habitants de sa province à être toujours derrière le Chef de l’Etat, à le soutenir et à l’accompagner dans la réalisation des cinq chantiers de la République, à ne pas se laisser berner par les spéculations des vendeurs d’illusions.

Floribert CHEYEBA



L’Observatoire a été informé par la Voix des sans-voix pour les droits de l’homme (VSV) de la disparition de M. Floribert Chebeya Bahizire, directeur exécutif de la VSV et membre de l’Assemblée générale de l’OMCT, depuis le 1er juin 2010.
L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante en République démocratique du Congo (RDC).

Selon les informations reçues, dans l’après-midi du 1er juin 2010, M. Floribert Chebeya Bahizire a reçu un appel téléphonique l’invitant à répondre à un rendez-vous sollicité auprès de l’inspecteur général de la police nationale congolaise (IG/PNC), le Général John Numbi Banza Tambo, pour un motif qui devait lui être communiqué sur place. Accompagné de M. Fidele Bazana Edadi, membre et chauffeur de la VSV, M. Chebeya Bahizire s’est alors rendu aux bureaux de l’IG/PNC, dans la commune de Lingwala, Kinshasa, vers 17h.

Peu avant 20h, l’épouse de M. Floribert Chebeya Bahizire a reçu plusieurs messages SMS provenant de son mari, disant qu’il n’a pas pu rencontrer l’inspecteur général et qu’il se rend à l’Université pédagogique national (UPN). Lorsque ses proches ont cherché à le joindre vers 21h15, M. Floribert Chebeya Bahizire n’a pas décroché, tandis que le téléphone de M. Fidele Bazana Edadi était éteint. Depuis une heure du matin, tous les appels en direction du téléphone de M. Chebeya Bahizire sont transférés et, au moment de diffuser cet appel urgent, on restait sans nouvelles ni de M. Floribert Chebeya Bahizire ni de M. Fidele Bazana Edadi.

Le 28 mai 2010, la VSV avait reçu un dénommé « Monsieur Michel », se réclamant de l’IG/PNC, qui a exprimé son souhait de rencontrer M. Chebeya Bahizire afin de lui remettre une lettre. Ce dernier a finalement pu le rencontrer un peu plus tard au siège de la VSV. « Monsieur Michel » a alors remis une lettre accusant réception d’un courrier de la VSV adressée à l’IG/PNC lui demandant son intervention en vue de garantir de meilleures conditions de détention aux prisonniers en RDC.

Suite à la disparition de M. Chebeya Bahizire, la VSV a appelé ce « Monsieur Michel » afin d’avoir des précisions sur le rendez-vous entre M. Chebeya Bahizire et le Général John Numbi Banza Tambo, mais « Monsieur Michel » a dit ne pas avoir appelé le 1er juin et ne pas être au courant de ce rendez-vous.

L’Observatoire exprime sa plus grande inquiétude suite à la disparition de MM. Floribert Chebeya Bahizire et Fidele Bazana Edadi, qui semble viser à entraver leurs activités de défense des droits de l’Homme, d’autant plus que leur disparition s’inscrit dans un contexte d’insécurité croissante et d’intimidations répétées à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme en RDC, et appelle les autorités congolaises à prendre toutes les mesures nécessaires pour localiser MM. Floribert Chebeya Bahizire et Fidele Bazana Edadi et procéder à leur libération immédiate et inconditionnelle.

Actions requises :

L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités congolaises en leur demandant de :

i. Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de MM. Floribert Chebeya Bahizire et Fidele Bazana Edadi, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ;

ii. Prendre toutes les mesures nécessaires pour localiser MM. Floribert Chebeya Bahizire et Fidele Bazana Edadi et procéder à leur libération immédiate et inconditionnelle ;

iii. Mener une enquête indépendante sur les faits mentionnés ci-dessus, afin que leurs auteurs soient identifiés et dûment jugés et sanctionnés conformément à la loi congolaise et aux dispositions internationales en matière de protection des droits de l’Homme ;

iv. Mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme en RDC ;

v. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement à son article 1 qui stipule que “chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales aux niveaux national et international” et son article 12.2 qui prévoit que “l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration” ;

vi. Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par la RDC.


Adresses :

· S.E M. Joseph Kabila, Président de la République, Cabinet du Président de la République, Palais de la Nation, Kinshasa/Gombe, République Démocratique du Congo, Fax +243 88 02 120

· M. Alexis Thambwe Mwamba, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Cabinet du Ministre, bâtiment du Ministère des Affaires Etrangères, Kinshasa/Gombe, République Démocratique du Congo

· M. Luzolo Bambi, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Ministère de la Justice et Garde des Sceaux, BP 3137, Kinshasa Gombé, République Démocratique du Congo, Fax : + 243 88 05 521

· Mission permanente de la République démocratique du Congo auprès des Nations unies, Avenue de Budé 18, 1202 Genève, Suisse, Email : missionrdc@bluewin.ch, Fax : +41 22 740.16.82

Prière d’écrire également aux représentations diplomatiques de RDC dans vos pays respectifs.